Covid : une fête du Travail au goût amer pour les précaires qui ont du mal à s’en sortir

3 500 personnes, selon la préfecture de Police, ont battu le pavé, sous la pluie ce 1er mai à Marseille. Le mauvais temps est dans le ciel mais aussi pour l’emploi. Entre télétravail forcé, cdd oubliés, intermittents sur la touche ou intérimaires sans contrat, la crise a accentué la précarité.

Lire l’article complet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *