À Marseille, sur les ruines de la rue d’Aubagne, l’émotion des habitants et l’envie de justice

Ce mardi 5 novembre, l’hommage aux huit morts de l’effondrement des deux immeubles du quartier de Noailles, il y a un an, s’est terminé aux cris de « Ni oubli, ni pardon!« . Entre recueillement, peine et colère, paroles d’habitants.

Lire l’article complet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *